Actualités / Cultures - dimanche 08 mars 2015

Les Filles de mai ravivent les combats

Citación, Ilustración et Consultación sont les trois figures drôles, pétillantes et militantes du spectacle de la compagnie Pare choc, Les Filles de mai, écrit par Géraldine Fabre.

Leur conférence, sur la scène de la MJC le 6 mars, a réactivé les grands combats menés par les femmes du 20e siècle et posé quelques questions du type : Quand le combat commence ? Qui sont les filles de mai ? Qu’est ce que la femme ? En réponse à cette dernière, Citation livre la définition du Petit Larousse de 1920 : “La compagne de l’homme, l’épouse, celle qui a été mariée”. Ou encore celle du Robert : “Femelle de l’espèce humaine”. Le trio évoque la femme fleur des poètes, la femme envieuse de pénis selon Freud, la femme libérée par Boulinex, les filles de mai 68, Barbie modèle… Les pseudo conférencières passent quelques dates en revue, marquant le droit de voter en 1944 ; le droit de faire telle ou telle chose sans l’accord du mari, comme travailler (1965) ou se syndiquer ; le droit d’avorter en 1975. “Sans apitoiement, ni colère, sur un ton libre,” elles reposent “la question de l’égalité entre hommes et femmes à l’heure où tout semble désormais acquis”. La dérision permet aux comédiennes de dire des choses essentielles, crues parfois, mais jamais vulgaires. Le public, majoritairement féminin, a bien ri. Car comme disait Rabelais : “Rire est le propre de l’homme”.

F.M

3425 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cultures > Les Filles de mai ravivent les combats