Actualités / Société - mardi 17 décembre 2013

La Fnaca défend fermement le 19 mars

LA SECTION locale de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (Fnaca) s’est réunie en assemblée générale le 22 novembre dernier. Le bureau a été reconduit à l’unanimité en présence d’une trentaine d’adhérents. Au cœur des discussions, figurait la problématique autour de la date marquant la fin de la guerre d’Algérie. Car malgré la loi(1) qui officialise le 19 mars, date du cessez-le feu en Algérie en 1962, comme Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, ici et là on conti- nue de commémorer le 5 décembre, Journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Afrique du Nord.

“Le 5 décembre(2) n’a pas de valeur historique, souligne Robert Géa, président du comité vaudais de la Fnaca. Rappelons que 90% des Français avaient approuvé la date du 19 mars, lors d’un référendum proposé par le général de Gaulle en 1962”.

Mais d’autres associations ne reconnaissent pas le 19 mars en arguant, notamment, qu’il y a eu des morts après le cessez-le feu. “Ce que l’on ne nie pas, déclare Robert Géa, mais les conflits prennent rarement fin un jour J”. Les uns et les autres ayant du mal à se mettre d’accord, deux commémorations coexistent. Mais à Vaulx on ne se rassemblera que le 19 mars.

F.M

(1)loi du 6 décembre 2012.
(2)le 5 décembre, date de l’inauguration en 2002 d’un mémorial à la mémoire des soldats français et harkis tués en Algérie, Maroc et Tunisie.

Crédit photo © Charly Bourganel

 

3407 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > La Fnaca défend fermement le 19 mars