Actualités / Société - mardi 18 septembre 2012

Une rescapée des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki à Vaulx

Sa silhouette est frêle, mais ses souvenirs restent encore intacts. Kyoko Hama, 86 ans a fait un long voyage depuis le pays du soleil levant pour livrer son témoignage. Venue à l’invitation des karatékas de la MJC regroupés au sein de l’association d’Hiroshima à Fukushima, près de 140 personnes l’ont écoutée.  

Assise stoïquement face à l’assemblée, la voix de Kyoko tremble légèrement. Son témoignage a été traduit par sa fille, Koyo Toba. Témoignage qui commence par le bombardement américain du 13 mars 1945 à Osaka. Puis elle évoque le premier bombardement atomique sur des civils, celui d’Hiroshima. “ A huit heures et quart j’ai vu fort éclair jaillir. La maison s’est écroulée au même instant. C’était la première bombe atomique dans le monde larguée sur des êtres humains”.  Accompagnée de sa mère et sa grand-mère Kyoko, se retrouve dans la rue confrontée à l’horreur et aux blessés. “Ils avaient la peau noire, qui se décollait, poursuit-elle. J’étais aussi blessée par des fragments de verre. Le lendemain, un poste de secours a été aménagé. Beaucoup de personnes attendaient des soins comme un mère entièrement brûlée qui criait le nom de son bébé mort entre ses bras”.

Le périple se poursuit et la famille se dirige le dès le 8 août à Nagaski. Où la ville est touchée par une autre bombe dès le lendemain.  Kyoko Hama se retrouve inconsciente et dans le coma pendant presqu’un an. “J’ai aujourd’hui 86 ans, j’ai survécu grâce aux personnes autour de moi, rappelle la survivante. J’ai la responsabilité de témoigner et de transmettre aux jeunes générations en donnant des conférences et en retranscrivant mon témoignage grâce à ma fille. Aujourd’hui, les victimes sont soit de plus en plus vielles ou mortes. La guerre est un enfer, elle détruit la vie et les cultures. Je ne souhaite plus voir la guerre, que ce soit au Japon ou dans le monde entier. Je souhaite la paix pour que personne ne soit victime”.

Après le témoignage, de nombreuses questions ont pu être posées. Comme celle d’un participant sur les effets des radiations. “Nous avons toutes trois survécues. Ma mère a été davantage touchée que moi. Elle a dû manger des légumes contaminés. Elle a eu des problèmes de tyroïde et au cœur. Beaucoup de gens sont tombés malade. Pour ma part j’ai été inconsciente, je me considère comme une miraculée. A ce moment, on ne faisait pas vraiment attention à ce qu'on mangeait. Mais aujourd'hui avec ce qui s'est passé à Fukushima c'est totalement différent et les gens sont beaucoup plus sensibles”.

La rencontre a été marquante et a touché les consciences sur les dangers de la prolifération de l’armement nucléaire. Témoin de l’histoire Kyoko Hama poursuit de telles actions partout dans le monde.

6239 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Une rescapée des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki à Vaulx