Actualités / Cultures - vendredi 27 juin 2014

Les résidents de Saint-Bruno s’ouvrent à la biennale

Le 26 juin, de jeunes adultes accueillis par l’établissement des Apprentis d’Auteuil, implanté à Vaulx-en-Velin Village, ont fait quelques pas de danse au côté de Serge Bissadri de la compagnie Bina N’Goua, qui participera à la prochaine Biennale de la danse de Lyon. Cette initiation à la danse afro-actuelle fait partie d’un parcours de découverte de la danse, porté par la Biennale de Lyon et mené dans le cadre d’un partenariat avec la Fondation Apprentis d’Auteuil et la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes. Dans un second temps, les résidents seront invités à la répétition générale d’African Delight, show hip hop programmé en septembre à la Bourse du travail (Lyon). Cette action vise à favoriser l’accès de tous à la culture, elle est par ailleurs engagée dans trois autres structures de l’agglomération (une classe de l’institut Carrel, à Lyon, une classe du collège du Bon conseil à Oullins et la Maison d’enfants Providence- Saint Nizier à Caluire).

 “Dans ce foyer, qui héberge de jeunes adultes en situation de précarité, la fête et la danse ont une grande place. Cela aide à la vie collective, et ça permet de conduire un travail sur la vie ensemble”, disent Denis Poinas directeur de la résidence Saint-Bruno et Prune Hamard, chargée de communication. L’idée d’une telle initiative est de faire passer de la pratique de la danse amateur et festive à la situation de spectateur. “Il importe que les jeunes sortent de leur environnement, se tournent vers l’extérieur”, poursuit le directeur de la résidence Saint Bruno. Partir à la découverte, se montrer curieux, se cultiver permet de se construire, s’affirmer et prendre son envol. Alors jeunesse qui aimez danser, allez voir le défilé, profitez de la biennale pour explorer la création contemporaine, les créations made in Lyon et celles venues du Tchad, de Grèce, de Los Angelès, d’Italie… Faites le pas.

F.M

4094 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cultures > Les résidents de Saint-Bruno s’ouvrent à la biennale