Actualités / Cultures - vendredi 11 octobre 2013

SHINMu, ou danser sur le rêve

Déroutant et très abouti : la chorégraphie proposée dans SHINMu par Anan Atoyama peut surprendre, elle ne laisse pas indifférent. Cette fois, elle s'est engagée sur le terrain mouvant du rêve, résolument, de toute l'intensité que ce petit bout de femme dégage d'emblée. Avec son compagnon et artiste associé Marc Ribaud, elle a bâti un spectacle pour "court-circuiter l'intellect et le mental”. La bande-son, très travaillée, comme les lumières et effets vidéo, ultra-sophistiqués, participent à l'immersion du spectateur dans un univers sensoriel ou chacun peut puiser sa part de rêve. Tandis que Anan Atoyama joue de sa longue chevelure comme pour mieux happer les démons qui s'agrippent et qui rampent sur son corps, Marc Ribaud incarne dans ce duo celui qui tente de saisir l'insaisissable, force et fragilité mêlées.

Les caméras 3D projettent en direct ces stigmates venus de l'inconscient de l'artiste, en créant des effets fabuleux et des échanges particuliers avec les danseurs. Cette expérimentation très physique ne cherche pas à provoquer à bon compte, ni à créer de l'effroi chez le spectateur. Ici, en vertu d'une composition électro-acoustique très "fin du monde" et très expressive (Aurélien Marion-Gallois), tout se déroule dans un ordonnancement qui oscille entre continu et discontinu, faisant écho entre un ailleurs et un “ici”.

On n'oubliera pas non plus les dernières images, somptueuses, qui peuvent évoquer des montagnes enneigées ou des nuages vus d'avion. Comme Anan l'écrit dans la présentation de son spectacle, on se retrouve nous aussi plongés “ de nuit dans l'océan” , en attendant “que le soleil se lève pour éclairer un nouveau monde”.                                                               Françoise Kayser

Le spectacle en images (crédit photo Jean-Loup Bertheau)

La compagnie AToU de la chorégraphe Anan Atoyama présente sa dernière création, SHINMu, au centre culturel communal Charlie Chaplin.Un spectacle qui fait appel autant à l'esprit du rêve qu'au numérique, mis au service de la beauté du geste.

3522 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cultures > SHINMu, ou danser sur le rêve