Actualités / Société - mardi 02 octobre 2012

De nouveaux contrats pour l’emploi des jeunes

DEPUIS trente ans, les Missions locales accompagnent les jeunes de 16 à 25 ans. S’adressant en majorité à un public peu qualifié, elles sont directe- ment concernées par les nouvelles mesures gouvernementales : emplois d’avenir et contrats de génération. Un plan d’autant plus ambitieux qu’il cible la mise à l’emploi des jeunes les plus en difficulté. Dans la Région Rhône-Alpes, les Missions locales travaillent au coude à coude avec Pôle emploi, les institutions et les entreprises pour anticiper la mise en œuvre de ces nouveaux outils, sans perdre de vue les dispositifs déjà existants. Et sans négliger non plus l’accès de ces jeunes à la qualification, condition indispensable pour accéder à l’emploi durable.

Ainsi, le 12 septembre dernier, l’Etat, la Région, les chambres consulaires et les Missions locales ont signé la charte départementale de coopération en faveur du développement de l’apprentissage. L’occasion pour le préfet de région Jean-François Carenco d’affirmer : “Nous allons travailler ensemble sur les contrats d’avenir et les contrats de génération. Je le dis aux acteurs économiques, n’ayez pas peur des Missions locales”. Un discours qui a “valeur de reconnaissance du travail accompli depuis trente ans”, aux yeux de Marie- Jeanne Hochard, présidente de la Mission locale de Vaulx-en-Velin, en tant qu’adjointe au maire, déléguée à l’Insertion, à la Formation, à l’Emploi et à la Jeunesse. Tout en approuvant les nouveaux projets, elle défend cependant becs et ongles “le contrat à durée indéterminé qui reste la panacée contrairement à des emplois précaires payés au Smic”. Et constate sur la ville “une hausse significative du nombre de demandeurs d’emploi. Les jeunes vau- dais ont plus de difficultés à trouver des lieux d’apprentissage ou d’emploi par manque de réseau et du fait des résistances de la part de certaines entreprises à les embaucher”.

Partenaire de la Mission locale et très impliquée dans la formation des jeunes, l’association Vaulx-en-Velin entreprise a d’ailleurs un pôle de compétence emploi-formation. Son prési- dent, Thierry Astier, regrette “la complexité à trouver l’information pour ces nouveaux dispositifs, même si le premier critère à l’embauche c’est le besoin de recruter avant les avantages dont l’entreprise pourrait bénéficier”. C’est par la mise en réseau de la Mission locale
qu’Atheer Kamal-Adam, âgé de 24 ans, a pu intégrer l’entreprise vaudaise Klé, dirigée par Gérault Verny, bénéficier d’une formation interne et signer un CDI en contrat aidé. “J’aime travailler avec les jeunes et la Mission locale. Dans le recrutement, la ponctua- lité et l’envie d’évoluer sont primordiales”, souligne le directeur. Autre exemple chez Cofely, où Kelly Vanderghoote, âgé de 23 ans entame un contrat d’apprentissage pour préparer un bac professionnel technique en trois ans. “L’alternance est un bon moyen pour les jeunes d’entrer dans la vie active. Mais il faut les accompagner. Nous avons donc un tuteur chargé de suivre Kelly pendant toute la durée du contrat”, complète Rodolphe Veran, responsable du département chauffage urbain. Ces deux exemples réussis du travail de partenariat entre- pris par la Mission locale de Vaulx ne doivent cependant pas masquer l’ampleur de la tâche car la question du chômage des jeunes, notamment de ceux qui ont quitté tôt l’école, demeure lancinante.

Jeanne Paillard

Les emplois d’avenir et contrats de génération

Les emplois d’avenir

Le Sénat vient d’adopter la loi sur les emplois d’avenir dont les premiers devraient être signés début novembre et qui devraient permettre, selon le gouvernement, l’embauche de 100 000 jeunes d’ici la fin 2013. Ils s’adressent aux demandeurs d’emploi de 16 à 25 ans sans qualification, ou peu qualifiés, en priorité issus des zones urbaines sensibles ou celles dans lesquelles le taux de chômage des 16/25 ans est supérieur à la moyenne nationale. Ils concernent le secteur d’activités non marchand (collectivités, associations). L’Etat financera pendant trois ans, 75% de la rémunération brute au niveau du Smic. Pour le secteur marchand, l’aide sera de 35%. Les employeurs devront mettre en place un encadrement et des actions de formation pour être sélectionnés. Les Missions locales et Pôle emploi seront chargés de l’accompagnement.

Les contrats de génération

Le projet de loi sur les contrats de génération est destiné, quant à lui, à favoriser l’emploi des moins de 25 ans tout en maintenant dans l’emploi les seniors de plus de 57 ans. Il va être présenté au Conseil des ministres en décembre. Le ministre du travail, Michel Sapin, cible sur 500 000 contrats de génération en cinq ans. Ils devraient permettre l’embauche dans les entreprises en contrat à durée indéterminée, de jeunes qui seront accompagnés par un senior lui-même maintenu dans l’emploi jusqu’à son départ à la retraite. Obligatoires pour les grandes entreprises, il seront facultatifs pour les PME de moins de 300 salariés qui bénéficieront d’un allègement de charges.

5261 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > De nouveaux contrats pour l’emploi des jeunes