Société / Un droit réaffirmé : celui d’être mère ou pas - mercredi 07 janvier 2015

L’aboutissement d’un combat

EN 1970, Gérard Bendrihem était généraliste dans le quartier de Perrache. “Nous étions quelques médecins à pratiquer l’interruption volontaire de grossesse”, dit-il. Dans son
entourage, il y avait notamment Blaise de Pury, Michel Debout et Daniel Balvet. ensemble, ils ont combattu pour la liberté de l’avortement.
“Des patientes nous sollicitaient, on ne pouvait les laisser sans solution. Nous étions aussi confrontés à trop de cas de mortalité. C’était inacceptable.” Le petit groupe de médecins a rejoint le mouvement Choisir, créé en 1971 par l’avocate, Gisèle Halimi et par l’intellectuelle féministe, Simone de Beauvoir. “Quelques uns de mes confrères sont partis en Angleterre pour apprendre la méthode Karman (par aspiration). A Lyon, les Scouts de France ont mis un local à notre disposition, à côté de la préfecture. On pratiquait de la façon la plus chirurgicale possible. Notre action était encadrée par les féministes, le MLF en particulier. Les femmes étaient accueillies dans différents lieux de permanences, à Lyon et
Villeurbanne, dans des appartements au domicile du pasteur, à la Duchère. Elles étaient très nombreuses. Celles qui avaient des moyens financiers étaient
envoyées à l’étranger, en Angleterre. Ici, l’on s’occupait des plus démunies. Nos interventions étaient gratuites. Nous avons agi ainsi, de manière illégale mais pas clandestine, jusqu’en 1975”. le nombre d’IVG était de l’ordre d’un millier par an, estime Gérard Bendrihem. A partir de l’application de la loi Veil, le service Orthogénie de l’Hôtel Dieu a été ouvert. Gérard Bendrihem y a exercé, ainsi que dans d’autres structures publiques et privées. Il a pris sa retraite de généraliste en 1996. Mais sollicité à l’hôpital Lyon sud, il continue de réaliser des IVG. “J’ai des choses à transmettre”, affirme-t-il. selon lui, “c’est devenu un acte comme les autres, accepté par l’ensemble du corps médical à l’hôpital”. le médecin militant n’en demeure pas moins vigilant : “Il faut toujours se défendre”.

F.M

Photo © Marion Parent

5514 vues

Commentaires

  • BERTHIER Nadette, le 28/11/2016
    Bravo Gérard...trouver cet article te concernant me rassure sur les qualités humaines de certains de nos concitoyens et ravive mon admiration pour le généraliste et l'homme que j'ai connu comme patiente et amie