Portraits / JOURNAL N°82 - mardi 19 novembre 2013

Chantal Nay et Patrick Chrétien, des pionniers de Chamarel

”NOUS ne souhaitons pas devenir des fardeaux pour nos enfants.” C’est sans emphase ni tragique que les futurs habitants de la résidence Chamarel expliquent leur envie de vieillir autre- ment. Une envie qui prend son origine dans les expériences diverses qu’ils ont connues avec leurs parents. “Devoir payer des sommes faramineuses chaque mois, vider les maisons des proches que l’ont perd, c’est très dur”, soutient Chantal Nay, ancienne institutrice de 66 ans. Les Ehpad, la dépendance et l’inaction, elle a décrété que ce n’était pas son destin. Tout comme son ancien collègue Patrick Chrétien, 62 ans.

C’est en se promenant que Chantal Nay émet l’hypothèse de vivre sa retraite auprès de ses amis. L’idée fait boule de neige et un petit groupe de rêveurs se dessine. Ils sont en effet plu- sieurs à se projeter dans ce projet un peu fou. Celui de construire, ensemble, un immeuble dans lequel, moyennant une rente, chacun pourrait vivre ses vieux jours. Tous partagent des valeurs communes : la coopération, l’écologie, la non spéculation, la citoyenneté et le respect de la vie personnelle.

Car si les 16 logements sont individuels (douze T2 pour une personne et deux T3 de 55m2 pour accueillir des couples), il s'agira d'une vie en communauté : “Nous partagerons les chambres d’amis, les équipements, la laverie, les caves, la salle polyvalente et l’atelier”, souligne Patrick en agitant les immeubles miniatures de sa maquette et en sortant les plans de la future résidence qu’il attend avec impatience.

Quand il posera ses cartons dans la résidence Chamarel, le maître d’école à la retraite abandonnera son grand appartement de 100m2 du chemin de la Godille dont la vue surplombe tout le Lyonnais et permet d’apercevoir le Mont-Blanc. “Si cela va me manquer ? Ça va surtout me faire moins de ménage”, plaisante-t-il. Rien ne semble pouvoir le faire reculer, lui qui conjugue l’optimisme à tous les temps. Avec Chantal, il reconnaît qu’il faut une certaine dose d’inconscience pour se lancer dans un tel projet. “C’est avec ce genre de choses que la société évolue. Nous avons besoin de pionniers.” Pour eux qui se sont beaucoup impliqués dans la vie citoyenne et associative, ce projet est devenu une occupation à plein temps. Et il est en passe de se concrétiser puisque la société Chamarel va signer prochainement le compromis de vente du terrain. Ne restera donc plus qu’à trouver les huit derniers partenaires, à ériger les quatre étages de l’immeuble et à y couler une retraite paisible. Paisible et coopérative. Mais pas avant sa livraison en 2017.

Maxence Knepper

 

Chantal Nay et Patrick Chrétien font partie de cette bande “un peu barge” (c’est eux qui le disent) qui a décidé de prendre sa vieillesse en main et de créer un lieu de vie où passer une retraite autrement.

4890 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°82 > Chantal Nay et Patrick Chrétien, des pionniers de Chamarel