Actualités / Cadre de vie - mercredi 21 janvier 2015

Racine contrainte de régulariser son activité de compostage

35 000 TONNES d’entrants, c’est ce que gérait, en 2014, l’entreprise Racine(1) spécialisée dans la valorisation des déchets organiques. Depuis le 20 juin dernier, un arrêté préfectoral contraint cette installation classée à réorganiser l’activité exercée sur une petite partie de l’Ecopôle de la Rize qui occupe 20 hectares en zone agricole.

Le dossier a donné lieu à quelques mois de discussion, indique Matthieu Fischer, adjoint délégué à l’Ecologie, à l’Environnement et au Patrimoine naturel : “La municipalité a travaillé avec la Métropole, les services de l’Etat et la Ville de Décines. La position commune des deux Villes a été un élément déterminant de l’avancée du dossier. Cette position est de dire : il y a des nuisances alors on doit trouver des solutions pour y mettre un terme. A la fois pour le confort des habitants et dans le souci de respecter la réglementation”. Stéphane Bertin, adjoint de quartier et ancien président d’AVVV (association Vaulx-en-Velin Village) ajoute : “Cette installation classée pour la protection de l’environnement a longtemps profité d’un flou juridique. Pendant 16 ans, ça a été le statu quo”. Des années pendant lesquelles Tarvel biomasse et, avant cela, MSE se sont développées et ont diversifié leurs actions.

Réduire les nuisances

L’entreprise Racine a bien sûr été associée aux discussions. Son président, Christian Levrat, pointait en septembre dernier “les discours contradictoires des services de la préfecture”. Aujourd’hui, il se satisfait de l’avis favorable de la préfecture et des mairies pour la création d’un Secteur de taille et de capacité d’accueil limitées (Stecal), autorisant les activités de compostage, énergie bois, support de culture et vente au détail, dans cette zone agricole. Cela passe par une modification du Plan local d’urba- nisme, soumise à enquête publique.

“Le Stecal représente une surface totale de 16 hectares dont 3 réservés au compostage, au Machet Nord. Les 13 hectares du Machet Sud accueillent le reste de nos activités”, indique Christian Levrat. “C’est très positif pour l’entreprise et cela permettrait d’avoir enfin une stabilité juridique, laquelle serait bénéfique pour tout le monde. Nous espérons que l’enquête publique sera favorable”.
Si l’accord est donné, “tous les feux seront au vert pour que l’entreprise puisse asseoir son activité et faire le nécessaire pour supprimer les nuisances”, déclare Matthieu Fischer. Racine pourra déposer un dossier de demande d’autorisation d’exploiter. “Nous allons le faire avant la fin du mois en anticipant sur la décision de la Métropole, car la préfecture peut pré-instruire le dossier”, précise Christan Levrat.

Racine prévoit de limiter le compostage aux déchets verts et matières végétales à l’exclusion de fermentescibles issus de l’industrie agroalimentaire ou de la restauration ; passer à un volume inférieur à 30 000 tonnes/an. “Nous faisons des propositions d’actions visant à diminuer les odeurs. En investissant par exemple dans un système de bâchage des andains, dont l’abatte- ment théorique des odeurs est de 85%. Nous projetons aussi une haie d’arbres devant les aérations pilotées pour que le vent du nord ne véhicule pas les odeurs les plus sensibles”, décrit Cédric Levrat, directeur général de la société.

Fabienne Machurat

(1) anciennement Tarvel biomasse et MSE. installation classée spécialisée dans la valorisation des déchets organiques et la production de supports de culture.

Photo © Racine

5329 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Cadre de vie > Racine contrainte de régulariser son activité de compostage