Actualités / Société - mercredi 18 février 2015

Être une femme, un frein à la réussite ?

“En quoi le fait d’être une femme a-t-il influé sur votre parcours scolaire, professionnel ou personnel ?” 

 

Cendra Motin, Présidente de Vaulx-en-Velin Entreprises

« SI ETRE UNE FEMME a influencé mon parcours, cela a souvent été “à cause” des autres. Ma mère m’a inciter à poursuivre des études littéraires pour que je puisse choisir de devenir professeur et avoir une vie de maman équilibrée. Puis, quand j’ai découvert le métier des ressources Humaines, c’est vers la paie qu’on m’a dirigée, un peu parce que je suis une technicienne dans l’âme, mais aussi naturellement parce que c’est la profession la plus féminine des RH. J’ai réussi mes études “de fille”, j’ai réussi dans mon job “de femme”, mais ma plus belle réussite, c’est d’avoir démontré que je pouvais aussi réussir dans un monde d’homme en créant ma boite. Car à force d’être dirigée dans des voies faites pour les femmes, j’ai voulu casser cette dynamique et me confron- ter à un monde où il est compliqué pour une femme d’être considérée et reconnue. C’est finalement là que j’ai obtenu ma plus belle réussite de femme ! »

 

Hélène Geoffroy, Députée-Maire de Vaulx-en-Velin

« TRES TOT, j’ai refusé de considérer que des métiers pouvaient être réservés aux hommes. au lycée, on m’a orienté vers une filière littéraire, mais j’ai décidé de faire des sciences et j’ai prouvé que c’était le bon choix. J’ai poursuivi dans la mécanique, un milieu très masculin. Dans le laboratoire de l’ENTPe où j’ai commencé ma carrière, j’étais la seule femme chercheure. Ce n’était pas un handicap pour autant et je n’en ai pas souffert. C’est la loi sur la parité de 2000 qui m’a permis de devenir adjointe au maire de Vaulx-en-Velin en 2001, à une époque où, en France, on entendait encore que les femmes allaient briser la convivialité du monde politique, que de toutes manières, elles ne voulaient pas s’engager sur des listes électorales et que l’équilibre entre vie familiale et vie publique serait difficile. Mon côté féministe m’a poussé à aller à l’encontre de ces idées et à démonter que c’était possible. C’est la beauté de notre époque. »

 

Jackie Gallet, Co-présidente des Restos du cœur de Vaulx

« AUX RESTOS du cœur, nous avons beaucoup plus de femmes que d’hommes parmi nos bénévoles, notamment chez les retraités. C’est peut-être dû au fait que, depuis petites, nous avons l’habitude de nous occuper plus naturellement des autres. Cela fait parti de l’éducation que nous avons reçue et s’inscrit dans notre parcours de femme et de mère. La parité entre homme et femme dans le bénévolat tend à s’équilibrer chez les plus jeunes. Professionnellement, j’ai fait partie d’une commission pour l’égalité dans le laboratoire pour lequel je travaillais. C’est un vrai combat dans la branche scientifique où les inégalités de carrière sont monnaie courante. Personnellement, j’ai fini à un niveau inférieur à celui d’hommes qui ont eu le même parcours que moi. C’est un constat difficile à entendre, y compris chez les salariés. il reste du travail à faire pour faire bouger les choses. »

 

Kadia Faraux, Chorégraphe

« LE MILIEU ARTISTIQUE dans lequel je gravite, celui de la danse hip-hop, est un milieu très masculin. De fait peu de femmes sont représentées de façon emblématique et reconnue. il est très difficile de s'imposer dans ce milieu quand on n’est pas un homme, on doit toujours se battre pour défendre ses idées et rester intègre dans son identité. »

 

Sonia Hidoussi, Secrétaire d’accueil au Grand Vire

« EN TANT que femme, j'ai avant tout privilégié mon rôle de maman. Pour des questions financières, je devais travailler et j'ai dû gérer d'être mère et ouvrière à l'usine avec des horaires décalés. C'était parfois compliqué. Quand mes enfants ont grandi, j'ai décidé de me donner les moyens de m'épanouir. je suis retournée à l'école et j'ai cherché du travail. En même temps je me suis investie dans mon quartier. aujourd'hui je suis une femme pleinement épanouie, mes enfants (17, 15 et 9 ans) réussissent leur scolarité, je suis bénévole dans mon quartier et j'ai un travail qui me correspond. »

 

----------------

 

Quelques manifestations programmées dans le cadre de cette Journée...

- Du 2 au 6 mars, exposition au centre social Georges-Lvy : “Des exemples de discrimination et de sexisme dans les dessins animés”.

- Vendredi 6 mars, à 19h à la MJC, la compagnie Pare-choc présente “Les filles de mai”. A travers une mise en scène burlesque, trois comédiennes reprennent les questions du droits des femmes et de l’égalité. Elles mettent ainsi sur le grill Barbie, les vieux slogans rétrogrades de Moulinex, et reviennent sur Mai 68 et la loi Veil.

- Samedi 7 mars, journée autour de la réussite et la création, de 14 à 18 heures, au Centre-Chaplin. Projection d’un documentaire sur des femmes vaudaises, spectacles de danse, par les compagnies Itchy Feet et Kadia Faraux, la MJC et les associations Ot Izvora, Casa do Minho, Lyon outre-mer. Lectures, musique, sketch, expositions et moments festifs ponctueront l’évènement.

5848 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Être une femme, un frein à la réussite ?