Portraits / Journal N°67 (spécial journée internationale des femmes) - mardi 19 février 2013

La Rhétorique, paroles de jeunes femmes

AU DÉPART, elles ne se connaissaient pas mais partageaient une envie commune : monter un projet autour des femmes. Telle est la genèse de la Rhétorique, une quinzaine de jeunes filles, âgées entre 15 et 18 ans. Toutes se sont rencontrées lors de la projection du documentaire Les roses noires, au cinéma les Amphis. De là, les choses se sont accélérées. Elles se sont réunies et structurées avec l’aide du service Médiation jeunesse (SMJ). Une partie de ce groupe a travaillé en lien avec Ricotas production, autour de la notion de stéréotypes entre les sexes, autour d’un court métrage qui sera projeté le 9 Mars au cirque Imagine lors de la manifestation locale. Ces jeunes filles ont réfléchi autour du mythe de l’androgyne dans le Banquet, œuvre philosophique de Platon sur la double nature humaine. Les stéréotypes, ces jeunes filles y sont confrontées chaque jour. Le regard de l’autre, vivre sa vie de jeune femme librement... Pas toujours évident lorsqu’on se sent épiée ou lorsqu’on vit dans un quartier populaire.
“Ce n’est pas toujours facile de casser les images que l’on peut avoir sur ce sujet, rappellent Cherianne, Kaïness et Myriam du groupe. Notamment dans nos vies, il n’est pas évident de pouvoir côtoyer des garçons sans qu’il existe d’arrières pensées. Nous ne sommes plus des enfants, mais on nous enferme dans les clichés. On peut fréquenter des garçons, simplement ! Ou être dans une relation amoureuse, sans avoir peur des regards, préjugés et du “qu’en dira-t-on”. Du coup, on essaye de casser ça et d’apporter un nouveau regard sur les représentations hommes femmes”.

Les filles ont lancé un autre challenge, s’engager pour soutenir la cause de nombreuses femmes en souffrance, en France ou à l’étranger. Elles entendent participer au défi solidaire lancé par l’institut Bioforce. Elles monteront prochainement des saynètes autour des relations entre les deux sexes à partir du quotidien, sur les violences physiques ou mentales. C’est un vrai défi qu’elles lancent, pour inciter les adolescents à des relations plus apaisées entre garçons et filles. Toutefois, la tâche est rude. Ce travail autour des stéréotypes est aussi un travail sur elles mêmes qu’elles effectuent grâce à une réflexion sur leur quotidien. Toutes ces jeunes filles sont scolari- sées et doivent faire face à un emploi du temps chargé. Mais elles restent investies et très engagées.

R.C

 

Attention ! Un groupe de jeunes femmes dynamiques s’est formé au service municipal Médiation jeunesse. Issues de tous les quartiers de la ville, elles comptent lutter contre les préjugés et participeront à la Journée internationale des droits des femmes.

5030 vues

Commentaires