Portraits / JOURNAL N°84 - mardi 17 décembre 2013

Emmanuel Imberton, président de la CCI de Lyon

ON LE DIT consensuel, à l’écoute, diplomate... et il ne contredit pas. “Je n’ai pas oublié mon ancien métier de DRH, concède Emmanuel Imberton, le nouveau président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Lyon. Je place l’homme au cœur de tous mes projets professionnels”. Plus qu’une formule, c’est une conviction : “On réussit mieux dans le dialogue et la concertation que dans l’affrontement. Et ceux qui pensent que c’est un défaut de fermeté se trompent”. Avis, donc.

A 55 ans, Emmanuel Imberton, patron de la Cotonnière lyonnaise, a été élu, début décembre, à la tête de l’établissement public(1) avec 47 voix sur 53 et succède ainsi à Philippe Grillot, mis en minorité. Le président veut apaiser les tensions au sein de la CCI et remettre l’organisme sur les rails. Un organisme dont le territoire va de Lyon jusqu’à Tarare, rassemble plus de 70 000 entreprises et entre dans la gestion des grands équipements tels que les aéroports de Lyon, Eurexpo, l’EM Lyon business school et le musée des tissus. Il assure ne pas vouloir créer de rupture avec le carnet de route 2011- 2015, élaboré au début de la mandature de Philippe Grillot (les prochaines élections auront lieu en 2015).

Appuyer les entreprises

“Me retrouver à la tête de la CCI, ce n’était pas prévu, précise-t-il, mais l’imprévu fait partie du métier d’entrepreneur. Je prends mes responsabilités”. On le dit “bosseur” et il acquiesce encore. Il “joue collectif ”, aussi, paraît-il. Une résurgence de sa jeunesse au sein d’une famille nombreuse et de son passage dans les équipes jeunes de l’Olympique lyonnais ? “Peut-être. J’ai une vision de l’intérêt général qui place l’institution au-dessus et je suis à son service pour les entreprises”. Sa première mission de président sera de consacrer l’année 2014, année de l’innovation : “On a besoin d’appuyer les entreprises françaises, leurs marges sont les plus basses d’Europe, martèle-t-il. Aujourd’hui, pour se démarquer, il y a l’export et l’innovation”.

Il insiste aussi sur les actions de proximité. “Souvent, les entrepreneurs sont des hommes seuls.” Une solitude qu’Emmanuel Imberton avoue avoir connue quand il a repris la Cotonnière lyonnaise, il y a quinze ans. Il adhère alors à la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises), “une assurance anti-solitude où j’ai pu rencontrer des personnes qui avaient les mêmes problématiques que moi”.

Made in Vaulx-en-Velin

Pendant ces quinze années, il développe la Cotonnière, société spécialisée dans la fabrique de supports publicitaires (marquage et signalétique sur banderoles, adhésifs mais aussi véhicules, vitrines, etc.). Sans aucune connaissance des bâches, il multiplie pourtant par deux son chiffre d’affaires – aujourd’hui de 9 millions d’euros. “J’étais déjà collectionneurs d’autocollants publicitaires.” Une marotte née en 1968, avec son premier autocollant, celui des Jeux olympiques de Grenoble. “J’ai eu la chance de faire de ma passion mon métier.” Emmanuel Imberton participe aussi à l’aventure de Reversible, une marque d’éco-design qui recycle ses bâches en sacs originaux, eux-mêmes recyclables, et qui reste “made in Vaulx-en-Velin”. C’est qu’il y tient, à cette ville : “Historiquement, la Cotonnière est à Vaulx et j’entends qu’elle le reste. Je suis adhérent de l’association Vaulx-en-Velin entreprises (VVE) et je suis très heureux de l’évolution de Vaulx car cette ville a beaucoup changé”. Elle garde “une place particulière” dans son cœur d’entrepreneur et en tant que président de la CCI, il s’en souviendra, note-t-il, tout en affirmant que l’agence centre Est de la CCI, récemment créée au Carré de soie, se verra réserver sa première visite de proximité.

Edith Gatuing

(1 )la CCI est un établissement public placé sous la tutelle de l'Etat. La CCI de Lyon représente, auprès des pouvoirs publics, les intérêts du commerce, de l’industrie et des sociétés de service du département du Rhône. Elle formule des propositions sur les questions de politique économique, d’infrastructures et d’équipements. Elle est gérée par des chefs d'entreprises élus par leurs pairs pour un mandat de 5 ans.

Crédit photo © Yann Gachet

Le patron de la Cotonnière lyonnaise, société spécialisée dans la fabrique de supports publicitaires et installée à Vaulx, est le nouveau président de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon. 

5728 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°84 > Emmanuel Imberton, président de la CCI de Lyon