Portraits / JOURNAL N°90 - mardi 18 mars 2014

Serge et David Massot, deux frères pour un chapiteau

ILS SONT la cinquième génération d’une grande famille de tradition circassienne dont l’arbre généalogique regorge de clowns, jongleurs, dresseurs et autres acrobates. Toutes les disciplines phares du chapiteau. Et pourtant, à les voir de bon matin, rien n’y paraît. Pas de veste rouge à brandebourgs dorés, de nœud papillon ridiculement grand, de boutonnière arroseuse ou de blagues qui fusent à tout va. En dehors de la piste, Serge et David Massot sont des pères comme les autres. “Être clown, ce n’est pas seulement se mettre un nez rouge, de grandes chaussures et se lancer des tartes à la crème. C’est avant tout un travail d’acteur”, souligne David Massot, 40 ans, dont 25 passés à faire rire petits et grands.

L’auguste et le pierrot

Les deux frères grandissent au gré de la carrière internationale de leurs parents. L’un est né en Espagne, l’autre en Norvège. Leur sœur a, quant à elle, vu le jour outre-Rhin. Grâce aux cours par correspondance du Centre national d’enseignement à distance (Cned), Serge et David suivent des études, et les voyages à travers le monde leur permettent de devenir polyglottes. “Notre père était le clown auguste du cirque Arlette-Gruss. Quand j’avais 15 ans, j’ai appris qu’il y avait une petite place à prendre, pour un tout petit rôle. Alors, je me suis lancé...”, explique le plus jeune qui a depuis pris la relève. “C’est lui qui nous a tout enseigné, continue Serge Massot, 43 ans. On peut faire toute les formations possibles, c’est aux côtés des grands artistes qu’on apprend le mieux”. Trop grand pour être acrobate, trop sérieux pour être un auguste, ce dernier est devenu clown blanc, avant d’entamer une brillante carrière de ventriloque et d’enfiler le costume de Monsieur Loyal. Après avoir écumé les cirques les plus prestigieux, les deux frères créent le leur en 1999, en Lorraine. “Tiens, imagine, un chapiteau où l’on serait libre de monter ceci et cela...” Le nom de la troupe était trouvé .

Perpétuer la tradition

Depuis 2012, c’est à Vaulx-en-Velin que la famille Massot a posé son immense tente bleue et blanche. Sous convention pour trois ans, le cirque Imagine espère bien s’implanter là de façon pérenne. “Notre cirque participe à la redynamisation de cette ville qui, assurément, aime cette discipline. Notre succès le démontre”, note l’aîné. “De 80 inscrits l’an passé pour les cours, nous sommes passé à 180 cette année. Les demandes d’entreprises sont elles aussi à la hausse”, ajoute son frère David. Avec leur concept, ils dépoussièrent une image désuète un peu tenace. Moins de paillettes pour plus d’innovations, le cirque Imagine mélange numéros traditionnels et morceaux de cabaret avec danses et chansons, le tout autour d’un bon repas, “pour que les spectateurs ne s’ennuient jamais”. Et les deux frères ne comptent pas s’arrêter là. Ils visent encore 20 % de croissance pour cette saison. D’autant qu’une sixième génération d’artistes pointe le bon de son nez. “Il y a de grandes chances que nos enfants perpétuent la tradition, mais il ne faut pas oublier que le cirque n’est pas un métier, c’est un choix de vie. Nous verrons s’ils ont la flamme”, lance David Massot. Avec des pères clowns et ventriloques et des mères, Anastasia et Martina, contorsionnistes et acrobates, il y a de grandes chances en effet.

Maxence Knepper

photo © Marion Parent

Pratique : Cirque Imagine, 5 avenue des Canuts. Tél : 04 78 24 32 43.

www.cirqueimagine.com

Après avoir parcouru le monde entier des années durant, Serge et David Massot dirigent ensemble le cirque Imagine, installé à la Soie depuis 2012. Le clown et le ventriloque y proposent des soirées cabarets et autres initiations aux arts du cirque. 

6227 vues

Commentaires

  • Joubert Frédéric, le 25/03/2014
    Ce fut une très belle découverte. Un espace privilégié et des attractions dignes des plus grands châpiteaux ou cabarets. De l'émotion, de la tendresse, de la prouesse, tout est réuni pour passer une très bonne soirée encadrée par une équipe de professionnels. Du rythme, du sourire, un excellent choix d'ambiances musicales, un chanteur exceptionnel, des chorégraphies au millimètre dans un festival de couleurs. Bravo au Cirque Imagine et merci à toute l'équipe. Je reviendrai, c'est certain...

Vaulx-en-Velin > Journal > Portraits > JOURNAL N°90 > Serge et David Massot, deux frères pour un chapiteau